Diagram Illustration

Qu'est-ce qu'un logigramme?


Sommaire

Ce guide complet comprend tout ce que vous devez savoir sur les organigrammes : définitions, histoire, cas d'utilisation, symboles, conseils et plus encore.

Qu'est-ce qu'un logigramme?

Les organigrammes sont des schémas qui représentent un processus, un système ou un algorithme informatique. Ils sont largement utilisés dans de multiples domaines pour documenter, étudier, planifier, améliorer et faire partager des processus souvent complexes ainsi transposés dans des schémas clairs et faciles à comprendre. Les organigrammes utilisent des rectangles, des ellipses, des losanges et potentiellement de nombreuses autres formes pour définir le type d'étape, ainsi que des flèches de connexion pour définir le flux et la séquence. Ils peuvent aller de simples graphiques dessinés à la main à des schémas complets dessinés par ordinateur, qui représentent plusieurs étapes et parcours. Si l'on considère la diversité des formes d'organigramme, il s'agit de l'un des types de schémas les plus répandus sur la planète. Ils sont utilisés dans de nombreux domaines par des personnes techniques ou non techniques. Les organigrammes portent parfois des noms plus spécialisés, comme organigramme de processus, carte de processus, organigramme fonctionnel, schématisation des processus métier, modélisation des processus métier (BPMN) ou schéma de procédé (PFD). Ils sont liés à d'autres schémas courants, tels que les diagrammes de flux de données (DFD) et les diagrammes d'activités UML (langage de modélisation unifié).

organigramme d'algorithme

          Organigramme de processus de vente

Historique

Les logigrammes ont commencé à être utilisés pour représenter les processus métier dans les années 1920-1930. En 1921, les ingénieurs industriels Frank and Lillian Gilbreth ont présenté leur « Flow Process Chart » à l'association américaine des ingénieurs mécaniques (ASME). Au début des années 30, l'ingénieur industriel Allan H. Morgensen a utilisé les outils de Gilbreth pour animer des conférences sur la façon de rendre le travail plus efficace auprès de responsables au sein de sa société.Dans les années 40, deux étudiants de Morgensen, Art Spinanger et Ben S. Graham, ont diffusé ces méthodes plus largement. Spinanger a présenté les méthodes de simplification du travail à Procter & Gamble. Graham, un dirigeant de Standard Register Industrial, a adapté les diagrammes de flux au traitement de l'information. En 1947, l'ASME a adopté un ensemble de symboles pour les diagrammes de flux dérivé des travaux originels de Gilbreth.

Frank et Lillian Gilbreth        Ben Spininger

C'est aussi lors des années 1940 qu'Herman Goldstine et John Van Neumann utilisèrent des logigrammes pour développer des programmes informatiques, ce qui généralisa bientôt l'utilisation des schémas pour les programmes informatiques et les algorithmes de toutes sortes. De nos jours, on utilise encore les logigrammes pour la programmation, même si le pseudo-code, une combinaison de mots et de langage de programmation pouvant être lue par l'Homme, est souvent utilisé pour décrire des niveaux de détail plus précis et se rapprocher d'un produit final.

    John von Neumann  

Au Japon, Kaoru Ishikawa (1915-1989), un pionnier des initiatives d'amélioration de la qualité dans la production industrielle, a identifié les logigrammes comme faisant partie des outils clés du contrôle qualité, aux côtés d'outils complémentaires tels que l'histogramme, la feuille de contrôle et le diagramme de causes et effets, aujourd'hui souvent appelé diagramme d'Ishikawa.

Kaoru Ishikawa

Symboles de logigramme

Voici certains des symboles les plus couramment utilisés dans les logigrammes. Pour une liste exhaustive, consultez notre page sur les symboles des logigrammes.

Terminator Terminal
Processus Processus
Document Décision
Décision Document
Données ou entrée/sortie Données
Données stockées Données stockées
Flèche de flux flèche de flux
Commentaire ou annotation Commenter
Processus prédéfini Processus prédéfini
Connecteur/référence sur la page connecteur sur la page
Connecteur/référence hors page Connecteur hors page

logigrammes pour la programmation informatique et les algorithmes

Représentation visuelle du flux des données, le logigramme est utile lors de la création d'un programme ou d'un algorithme, car il permet de l'expliquer à des tiers et de mettre en place une collaboration. Vous pouvez utiliser un logigramme​ pour illustrer la logique d'un programme avant même de commencer à coder le processus automatisé. Il peut aider à prendre du recul et servir de guide quand vient l'heure d'écrire le code. Plus précisément, les logigrammes permettent de réaliser des actions suivantes :

  • Présenter la façon dont s'organise le code
  • Visualiser l'exécution de code dans un programme
  • Illustrer la structure d'un site Web ou d'une application
  • Comprendre comment les utilisateurs naviguent au sein d'un site Web ou d'un logiciel

Souvent, les programmeurs peuvent écrire du pseudo-code, une association de langage naturel et de langage informatique plus compréhensible. Le pseudo-code peut donner un plus grand niveau de détail que le logigramme et ainsi le remplacer ou constituer l'étape suivante vers la création du code réel.

Parmi les diagrammes connexes utilisés dans les logiciels :

  • Langage de modélisation unifié (UML) : langage universel utilisé dans le génie logiciel pour la modélisation.
  • Les diagrammes de Nassi-Shneiderman : utilisés pour la programmation informatique structurée. Ils doivent leur nom à Isaac Nassi et Ben Shneiderman, qui les ont imaginés en 1972 à l'université SUNY-Stony Brook. Ils sont également appelés structurogrammes.
  • Diagrammes DRAKON : DRAKON est un langage algorithmique de programmation visuelle utilisé pour produire des logigrammes.

organigramme de base de données

Utilisations des logigrammes dans de nombreux autres domaines

Outre la programmation informatique, les logigrammes ont des applications dans bien d'autres domaines.

Dans n'importe quel domaine :

  • Documenter et analyser un processus
  • Standardiser un processus pour plus d'efficacité et de qualité
  • Présenter un processus dans le cadre d'une formation ou pour qu'il soit compris par d'autres parties d'une entreprise
  • Identifier les goulots d'étranglement, les redondances et les étapes inutiles dans un processus pour l'optimiser

Éducation :

  • Planifier des cours et des exigences scolaires
  • Créer un plan de leçon ou une présentation orale
  • Organiser un projet de groupe ou individuel
  • Présenter une procédure juridique ou civile, comme l'inscription des électeurs
  • Planifier et structurer une œuvre littéraire, par exemple des paroles de chansons ou de la poésie
  • Montrer le développement des personnages dans les domaines de la littérature et du cinéma
  • Représenter le flux d'algorithmes ou de puzzles logiques
  • Comprendre un processus scientifique, comme le cycle de Krebs
  • Modéliser un processus physiologique comme la digestion
  • Schématiser des symptômes et le traitement de maladies/troubles
  • Transmettre des hypothèses et théories, comme la hiérarchie des besoins de Maslow

Ventes et marketing :

  • Tracer le flux d'une enquête
  • Schématiser un processus de vente
  • Planifier des stratégies de recherche
  • Présenter les flux d'inscription
  • Diffuser les politiques de communication, comme un plan de relations publiques d'urgence

organigramme de création d'utilisateurs

Entreprise :

  • Comprendre les processus de commande et d'approvisionnement
  • Représenter les tâches quotidiennes d'un salarié
  • Comprendre les chemins qu'empruntent les utilisateurs sur un site Web ou dans un magasin
  • Développer un business plan ou un plan de réalisation d'un produit
  • Documenter un processus en prévision d'un audit, notamment pour assurer sa conformité réglementaire, comme l'exige par exemple la loi Sarbanes-Oxley
  • Documenter un processus en prévision d'une vente ou consolidation d'entreprise

organigramme métier

Fabrication :

  • Représenter la composition chimique ou physique d'un produit
  • Illustrer de A à Z le processus de fabrication
  • Repérer et supprimer les sources d'inefficacité dans les processus de production ou d'approvisionnement

Ingénierie :

  • Représenter les flux de processus ou de systèmes
  • Concevoir et mettre à jour les processus chimiques et d'usine
  • Évaluer le cycle de vie d'une structure
  • Schématiser un flux d'ingénierie inverse
  • Montrer la conception et la phase de développement du prototype d'une nouvelle structure ou d'un nouveau produit

Types de logigrammes

Différents auteurs décrivent des types de logigrammes variés de plusieurs manières. Parmi ces experts publiés : Alan B. Sterneckert, Andrew Veronis, Marilyn Bohl et Mark A. Fryman.

Sterneckert, dans son livre de 2003, Critical Incident Management, a dressé la liste de quatre types de logigrammes courants, articulés autour du concept des contrôles de flux plutôt que du flux en lui-même :

  • Logigrammes documentaires : ils ont pour but de « montrer les moyens de contrôle existants sur le flux des documents à travers les éléments d'un système. … Le diagramme se lit de gauche à droite et illustre le flux des documents à travers les différents sites. »
  • Logigrammes de données : ils illustrent « les moyens de contrôle qui gouvernent les flux de données au sein d'un système. … Les logigrammes de données sont principalement utilisés pour montrer les canaux par lesquels les données sont transmises à travers un système plutôt que la façon dont les flux sont contrôlés. »
  • Logigrammes de systèmes : ils « représentent le flux de données vers et via les principaux composants d'un système, comme la saisie de données, les programmes, les supports de données, les processeurs et les réseaux de communication ».
  • Logigrammes de programmes : Ils montrent les « contrôles placés à l'intérieur d'un programme au sein d'un système ».

Veronis, dans son ouvrage de 1978 Microprocessors: Design and Applications, a décrit trois types d'organigrammes basés sur la portée et le niveau de détail :

  • Logigramme de système : identifie les appareils à utiliser.
  • Logigrammes général : vue d'ensemble.
  • Logigramme​ détaillé : vue très détaillée.

Bohl, dans son livre publié en 1978 et intitulé A Guide for Programmers, n'en répertorie que deux :

  • Logigramme​ de système
  • Logigramme​ de programme

Mais Fryman, dans son livre de 2001 Quality and Process Improvement, a différencié les types de diverses façons, sous un angle commercial plutôt qu'informatique :

  • Logigramme​ de décision
  • Logigramme​ logique
  • Logigramme​ de systèmes
  • Logigramme​ de produit
  • Logigramme​ de processus

D'autres types de logigrammes ont été identifiés par d'autres, notamment :

  • Diagramme à couloirs, également connu sous le nom d'organigramme à couloirs : pour représenter graphiquement qui fait quoi dans des processus impliquant une collaboration transversale.
  • Organigramme de flux de travail : permet de documenter les flux de travail, impliquant généralement des tâches, documents et flux d'informations dans les bureaux.
  • Chaînes de processus événementiels (CPE) : pour documenter ou planifier un processus métier.
  • Organigramme de langage de description et de spécification (SDL) : permet le brainstorming sur des algorithmes informatiques en utilisant trois éléments de base : la définition du système, les blocs et les processus.

Couloir

Quelques autres types de diagrammes sont parfois considérés comme des organigrammes :

  • Diagramme de flux de données (DFD) : pour cartographier le flux d'informations de tout type de système ou de processus.
  • Schéma de procédé (PFD), ou organigramme de processus : pour illustrer les relations entre les principaux composants d'une installation industrielle.
  • Norme de modélisation des processus métier (BPMN 2.0) : pour modéliser les étapes d'un processus métier planifié.

Comment concevoir et dessiner un logigramme simple

  1. Définissez votre objectif et sa portée. Qu'espérez-vous accomplir ? Étudiez-vous les bons éléments, avec des points de départ et de fin appropriés, pour atteindre cet objectif ? Faites preuve de suffisamment de minutie dans votre recherche, mais restez assez simple dans votre schématisation pour communiquer avec le public visé.
  2. Identifiez les tâches par ordre chronologique. Ceci peut nécessiter de parler aux participants, d'observer un processus et/ou de passer en revue une documentation existante. Vous pouvez lister les étapes sous forme de notes ou ébaucher un diagramme rudimentaire.
  3. Organisez-les par type et par forme. Exemples : processus, décision, données, entrées ou sorties.
  4. Dessinez votre schéma, soit à la main, soit à l'aide d'un programme tel que Lucidchart.
  5. Validez votre organigramme en retraçant les étapes avec des participants au processus. Observez bien le processus pour être sûr de ne rien oublier d'important.

Autres conseils liés aux logigrammes

  • Gardez à l'esprit le public que vous visez et adaptez le niveau de détail en fonction. Une communication claire fait partie des objectifs clés des organigrammes.
  • Si le processus que vous schématisez implique différentes équipes ou différents services, pensez à utiliser un diagramme à couloirs pour représenter clairement les responsabilités et les transferts.
  • Utilisez des connecteurs sur la page ou hors page pour « modifier » votre schéma et faire en sorte que sa circulation soit logique. Cela peut vous permettre de décomposer un schéma en plusieurs pages distinctes sans affecter sa fluidité.