Qu'est-ce que la norme de modélisation des processus métier ?


Découvrez les bases de la notation BPMN et BPMN 2.0, mais aussi son histoire, ses objectifs, ses avantages, ses symboles, ses types de diagrammes et quelques conseils pour la modélisation des processus métier.

Voulez-vous créer un diagramme de vous-même ? Essayez Lucidchart. C'est rapide, facile et complètement gratuit.

Qu'est-ce que BPMN ?

La norme de modélisation des processus métier (BPMN) est une méthode d'organigramme qui modélise de A à Z les étapes d'un processus métier planifié. Élément clé de la gestion d'un processus métier, elle permet de représenter visuellement une séquence détaillée des activités commerciales et des flux d'informations nécessaires à la réalisation d'un processus.

exemple bpmn

Son objectif est de modéliser des façons d'améliorer l'efficacité, de prendre en compte un nouveau contexte ou d'acquérir un avantage compétitif. Cette méthode fait l'objet d'un effort de normalisation depuis quelques années déjà et est souvent nommé légèrement différemment : Business Process Model and Notation, dont l'acronyme reste BPMN. Elle se distingue du Business Process Mapping, qui modélise des processus actuels pour la normalisation, la formation, le contrôle qualité ou la conformité avec un audit. Le BPMN est aussi l'équivalent en entreprise du Langage de modélisation unifié (UML) utilisé dans la conception de logiciels.

Une histoire très récente

La norme de modélisation des processus métier (Business Process Modeling Notation) a été développée par le BPMI (Business Process Management Initiative) et a fait l'objet d'une série de révisions. En 2005, ce groupe a fusionné avec l'OMG (Object Management Group) qui a repris l'initiative. En 2011, l'OMG a sorti la version BPMN 2.0 et changé le nom de la méthode pour Business Process Model and Notation. Cette norme de modélisation des processus métier est alors devenue plus détaillée grâce à l'utilisation d'un ensemble plus riche de symboles et de notations pour les diagrammes de processus métier. Depuis 2014, une méthode d'organigramme de décision appelée DMN (Decision Model and Notation) complète la notation BPMN, car celle-ci ne se prête pas naturellement à la représentation des flux de décision.

Objectifs et avantages

À un niveau global, la notation BPMN est utile à toutes les parties prenantes d'un processus métier, car elle permet de mieux le comprendre grâce à une représentation visuelle accessible de toutes ses étapes. À un niveau plus détaillé, elle est destinée aux personnes qui mettront en œuvre le processus en donnant suffisamment de détails pour permettre son application. Elle offre un langage standardisé et commun à tous les personnels impliqués, qu'ils soient techniques ou non : analystes commerciaux, participants au processus, managers, développeurs techniques, mais aussi équipes externes et consultants. Dans l'idéal, elle fait le lien entre l'intention du processus et sa mise en œuvre en fournissant suffisamment de détails et de visibilité sur la séquence des activités de l'entreprise.

Un schéma peut se révéler bien plus facile à comprendre qu'un texte. Il permet de communiquer et de collaborer plus facilement pour atteindre un processus efficace, produisant un résultat de grande qualité. Il contribue également à la communication menant à la création des documents XML (Extensible Markup Language) nécessaires à l'exécution de divers processus. L'une des principales normes XML est appelée Business Process Execution Language for Web Services ou, en version abrégée, BPEL/BEPEL4WS.

Éléments et symboles des diagrammes BPMN 2.0

La norme BPMN prévoit les quatre éléments suivants pour les diagrammes de processus métier :

  1. Objets de flux : événements, activités et portes logiques
  2. Objets de connexion : flux de séquence, flux de message, association
  3. Couloirs : piste ou couloir
  4. Artefacts  : objet de données, groupe et annotation

Voici une explication détaillée de ces différents éléments et de leur utilisation dans la description d'un processus métier :

Événements

Il s'agit d'un élément déclencheur qui commence, modifie ou termine un processus. Parmi les types d'événements : message, minuterie, erreur, compensation, signal, annulation, escalade ou lien. Ils sont représentés à l'aide de cercles contenant d'autres symboles qui changent en fonction du type d'événement. On les classe en deux catégories, « receveur » ou « lanceur » selon leur fonction.

événements bpmn

Activité

Il s'agit d'une activité ou d'une tâche particulière effectuée par une personne ou un système. Elle est représentée par un rectangle aux angles arrondis. Elle peut être assortie de sous-processus, de boucles, de compensations et d'instances multiples.

Activités BPMN

Entrée

Il s'agit d'un point de décision qui peut ajuster le chemin en fonction des conditions ou des événements. Les entrées sont représentées par des losanges. Elles peuvent être exclusives ou inclusives, parallèles, complexes ou basées sur des données ou événements.

 

Flux de séquence

Indique l'ordre des activités à effectuer. Il est représenté par une ligne droite fléchée. Il peut s'agir d'un flux conditionnel ou d'un flux par défaut.

flux de séquence bpmn

Flux de messages

Les flux de messages représentent les messages qui passent d'une piste à une autre, traversant les séparations au sein d'une entreprise, par exemple les différents services. Ils ne doivent pas relier des événements ou activités à l'intérieur d'une même piste. Ils sont représentés par une ligne en pointillés avec un cercle au départ et une flèche à la fin.

flux de messages bpmn

Association

Représentée par une ligne en pointillés, elle associe un artefact ou un texte à un événement, une activité ou une entrée.

Piste et couloir

Une piste représente les principaux participants d'un processus. Une piste différente peut faire référence à une autre entreprise ou à un autre service qui participe néanmoins au processus. Les couloirs au sein d'une piste montrent les activités et les flux d'un rôle ou d'un participant, et définissent qui est responsable de quelle partie du processus.

couloir piste bpmn

Artefact

Il s'agit d'une information supplémentaire utilisée par les développeurs pour ajouter un niveau de détail nécessaire au diagramme. Il existe trois types d'artefacts : les objets de données, les groupes et les annotations. Un objet de données montre quelles données sont nécessaires à une activité. Un groupe montre un regroupement logique d'activités, mais ne modifie pas le flux du diagramme. Une annotation apporte des explications complémentaires sur une partie du diagramme.

Qui modélise des processus métier ?

La modélisation des processus métier peut se composer d'un simple diagramme esquissé à la main comme de diagrammes complexes incluant des extensions pour fournir des détails de mise en œuvre. À son niveau le plus sophistiqué, la modélisation BPMN est réalisée par des analystes diplômés. L'Object Management Group (OMG) fournit cinq certifications BPMN 2.0 appelées OCEB 2, qui signifie OMG-Certified Expert in BPM 2.0 (Expert certifié par l'OMG en BPMN 2.0). Il existe une voie orientée vers les entreprises, et une autre technique. L'OMG souhaite que le BPMN 2.0 devienne la norme de modélisation des processus métier, de la même façon que l'UML est la norme de la modélisation logicielle.

La BPMN exige un certain investissement de temps et d'énergie, mais les bénéfices en termes de compréhension et d'améliorations peuvent être considérables. La version 2.0 s'appuie sur les versions précédentes pour fournir une panoplie de symboles et de notations standard plus riche, permettant aux personnes qui en ont besoin de fournir plus de détails.

L'idée derrière la gestion des processus métier est de créer un cycle d'amélioration continue. Les étapes de ce cycle sont les suivantes : modéliser, mettre en œuvre, exécuter, contrôler et optimiser. Les diagrammes BPMN jouent un rôle clé dans ce contexte.

Sous-modèles dans un diagramme BPMN

Les diagrammes servent à communiquer avec des publics variés, qu'ils soient techniques ou non. Les sous-modèles leur permettent de distinguer facilement les différentes sections du diagramme, afin de trouver les éléments qui les concernent le plus. Les types de sous-modèles sont les suivants :

  • Processus métier privés. Processus internes à une organisation spécifique et ne franchissant pas les pistes ni les limites organisationnelles.
  • Processus métier abstraits. Processus se produisant entre un processus privé/interne et un autre participant ou processus. Le processus abstrait montre au monde extérieur la séquence de messages nécessaire pour interagir avec le processus privé. Il ne montre pas le processus privé/interne en lui-même.
  • Processus métier collaboratifs. Processus illustrant les interactions entre deux entités d'une entreprise ou plus.

Autres types de diagrammes

BPMN 2 inclut également les types de diagrammes suivants : conversation, chorégraphie et collaboration.

  • Diagramme de chorégraphie. Indique les interactions entre deux ou plusieurs participants. Il peut également être étendu à des sous-chorégraphies.
  • Diagramme de collaboration. Indique les interactions entre deux processus ou plus, en utilisant plus d'une piste. Toutes les combinaisons de pistes, processus et chorégraphies sont possibles dans un diagramme de collaboration.
  • Diagramme de conversation. En général, il s'agit d'une version simplifiée d'un diagramme de collaboration. Il illustre un groupe de messages liés échangés au sein d'un processus métier. Il peut être assorti de sous-conversations.

Conseils utiles pour la modélisation des processus métier

  1. Définissez clairement la portée du processus avec un début et une fin.
  2. Il est conseillé de schématiser d'abord le processus métier actuel afin de mettre en lumière ses sources d'inefficacité avant de créer un meilleur modèle grâce à la notation BPMN.
  3. Essayez de créer des diagrammes BPMN qui tiennent sur une page, même si la page en question a les dimensions d'une affiche, comme c'est parfois le cas.
  4. Placez les flux de séquence horizontalement. Représentez les associations et les flux de données verticalement.
  5. Vous pouvez créer diverses versions du diagramme pour les différentes parties prenantes, en fonction du niveau de détail requis pour leur fonction.
  6. La notation BPMN n'est pas adaptée à la modélisation des structures d'organisations, des répartitions fonctionnelles et des modèles de flux de données. Bien qu'elle permette de représenter certains flux d'information au sein d'un processus métier, il ne s'agit pas d'un diagramme de flux de données.

Comment modéliser les processus métier avec Lucidchart

Il est facile de réaliser des modélisations de processus métier avec Lucidchart. Après l'inscription, il vous suffit de vous connecter, puis de créer un document vierge ou de démarrer avec un modèle. Assurez-vous d'ouvrir la bibliothèque de formes BPMN, puis faites glisser et déposez sur la zone de travail les formes dont vous avez besoin.

Vous pouvez également modifier le style des lignes, mettre en forme le texte et repositionner les éléments pour obtenir le résultat que vous souhaitez. Ensuite, il vous suffit de télécharger, exporter et partager votre diagramme comme il vous plaît.